Texte à méditer :   Les cons de l'an passé se sont nettement améliorés ... Si, si ... Ils ont acquis un an d'expérience supplémentaire ...eek   
 
 
► News ... ◄
► Menu ◄

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 35 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherches
Recherches
 ↑  


Belle obsession : une mission de 20 ans dans les eaux du lac Tanganyika

Le photographe marin Angel Fitor a d’abord vu des Cichlidés en voie de disparition dans une animalerie.
Maintenant, ses images primées pourraient aider à sauver ces poissons

.

Deux cichlidés mâles adultes ( Neolamprologus brevis )se battent pour la propriété d’une coquille dans le lac Tanganyika.
Photographie : Angel M Fitor/www.seaframes.com

.
Le lac Tanganyika est le plus long lac d’eau douce au monde.
Elle s’étend sur plus de 400 miles à travers l’Afrique centrale et abrite certaines des créatures aquatiques les plus extraordinaires de la planète.
Mais ce refuge remarquable – et ses habitants – sont menacés.
Les eaux de ruissellement de pesticides provenant des fermes, les eaux usées et la surexploitation par les collecteurs pour le commerce du poisson d’ornement sont une vie dévastatrice dans le lac.
En particulier, ces forces entraînent l’extinction de nombreuses populations de cichlidés – dont il y a plus de 240 espèces dans le lac Tanganyika.

Il a fallu environ cinq heures à ce grand Cichlidé ( Cyathopharynx foai ) pour construire une charmille de sable – un nid de frai – avec sa bouche.

.
C’est une histoire alarmante qui a été racontée au cours des 20 dernières années par le photographe espagnol Angel Fitor – qui vient de remporter le prix du portfolio à l’exposition
Wildlife Photographer of the Year, qui s’ouvre cette semaine au Natural History Museum de Londres.
Ses images révèlent en détail la remarquable nature des Cichlidés du lac et les menaces auxquelles ils sont confrontés.

« Imaginez des poissons qui s’occupent de leurs bébés avec un soin proche de celui des humains pour leurs enfants.
Cela ressemble à un conte de fées. Mais c’est ce que font les Cichlidés », a déclaré Fitor à l’Observateur, dont le comportement est révélé en détail dans l’une des images gagnantes de Fitor.
On voit un Cichlidé de sable jaune femelle libérer ses alevins de l’abri de sa bouche.
Ses jeunes poissons restent dans sa bouche pour se reposer et se protéger, s’en allant parfois se nourrir, mais ils se précipitent vers tout signe de danger.
Une autre photo montre un grand Cichlidé construisant une charmille de sable – un nid pour la fraie – avec sa bouche.
Une fois terminé, le Cichlidé exécute une danse sous-marine pour attirer ses compagnons, une performance qui se déroule habituellement le matin, lorsque la lumière du soleil se reflète le mieux sur les écailles irisées des poissons.
Fitor dit que son intérêt pour les Cichlidés a commencé dans les années 1970 quand, enfant, il a vu un poisson jaune vif dans une animalerie et en est tombé amoureux.
« Des années plus tard, j’ai découvert que c’était un Cichlidé du Tanganyika et je suis devenu obsédé par lui.
Ainsi, lorsque je suis devenu photographe, il était presque inévitable que je me concentre sur les cichlidés au lac Tanganyika. »
Le lac est le plus ancien des Grands Lacs d’Afrique orientale et est délimité par la Tanzanie, la République démocratique du Congo, le Burundi et la Zambie.
Au cours des dernières années, le nombre de personnes vivant autour des rives du lac a augmenté à 10 millions.
« C’est un assez grand lac, mais c’est un très grand nombre de personnes qui y vivent », a déclaré M. Fitor.
« L’une des principales attractions est le poisson du lac, qui est une source importante de nourriture, et les quantités qui sont maintenant pêchées deviennent un grave problème.
« De plus, il y a d’importantes pertes d’habitats sauvages qui sont défrichés pour fournir des terres agricoles près de ses rives. »
Il en résulte un triple fléau de la surpêche, des quantités croissantes d’eaux usées déversées et des niveaux croissants de pesticides et d’éléments nutritifs s’écoulant des fermes dans les cours d’eau qui alimentent le lac.
Tous causent du mal.

Un couple de Cichlidés empereur ( Boulengerochromis microlepis )
( garde leur progéniture. Considéré comme le plus grand Cichlidé sur terre, certains empereurs mâles peuvent atteindre près d’un mètre ).
Photographie : Angel M Fitor

-------------------------------

Une autre menace pèse toutefois sur les Cichlidés du lac Tanganyika : la collecte incontrôlée de nombreuses espèces pour répondre à la demande mondiale croissante de poissons d’ornement.
« Le commerce est essentiellement incontrôlé, a déclaré M. Fitor. N’importe qui peut payer 100 $ pour un permis de perception et prendre ce qu’il veut.
Il pousse certaines espèces au bord du gouffre. Déjà, certaines variétés locales de Cichlidés ont disparu.
J’ai plongé dans des endroits où on pouvait voir des centaines de milliers de poissons autour d’un récif, et quand je suis revenu, il n’en restait plus.
Ils ont tous été pris par des collectionneurs. C’est vraiment très triste. J’ai pris ces photos pour faire savoir au monde entier ce que nous risquons de perdre si nous continuons dans cette voie. »
Rosamund Kidman Cox, présidente du jury du concours, a qualifié le portefeuille de Fitor de remarquable.
« D’abord, la qualité des compositions, créées au niveau des yeux sous l’eau, dans des conditions difficiles.
Deuxièmement, les petits Cichlidés eux-mêmes, qui ne se trouvent que dans un seul lac africain.
Troisièmement, la gamme de comportements dépeints.
C’est un véritable tour du chapeau. »

L’exposition du photographe animalier de l’année s’ouvre le 15 octobre au Natural History Museum de Londres.



                                                                                                                                                Robin McKie 10/10/2021

Traduit de l'article de Robin McKie
parut dans " The GUARDIAN " du 10 octobre 2021

.

Petit aparté :

.
Le monde aquariophile n'est responsable que d'une infime part de la disparition de certaines espèces / variétés géographiques, quand on constate, qu'il y a de plus en plus de pêcheurs solitaires sur le lac qui pêchent à la ligne et les tirages de sennes de parfois plus de 600 mètres qui raclent les fonds et raflent tout sur leurs passages répétés, il est un fait que certaines espèces et ou variétés géographiques se raréfient, voire disparaissent de leurs zones. Mais, il n'y a pas que cela, il y a les pollutions diverses. Les terres qui dégringolent des collines en bordures du lac et des rivières et qui couvrent les abords du lac par une couche sablonneuse où plus rien ne pousse, les sédiments et pollutions qu'apportent certains cours d'eau. A cause des terres charriées lors des affalements de collines après de grosses pluies, du coup, à ces endroits, plus de nourriture ( algues et micro- bestioles dans les sédiments ) donc les poissons vivants en bordure du lac sont obligé d'immigrer vers un peu plus de profondeur et qui dit un peu plus de profondeur dit moins de nourriture, donc moins de poissons à cause de moins de reproduction.
Il faut tenir également compte des pollutions " humaines " par les déchets, le manque crucial de latrines et le tout dans le lac des constructions non autorisées et qui croissent d'année en année, les usines qui rejettent des produits toxiques, etc.
Pour l'aquariophilie, effectivement il y a fortes diminutions notamment en ce qui concerne les Tropheus duboisi de Maswa, Tropheus moorii Ilangi dans la baie de Nkamba, Tropheus sp. black de Rutunga, Tropheus sp. Murago de Tanzanie, etc., là c'est bien l'aquariophilie qui en est la principale cause, mais de là à dire que nous sommes les principaux responsables de la disparition des espèces ou variétés géographiques, il y a une sérieuse marge ...
 

Catégorie : ► News ... ◄ - NEWS
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !