Texte à méditer :   Les cons de l'an passé se sont nettement améliorés ... Si, si ... Ils ont acquis un an d'expérience supplémentaire ...eek   
 
 
► News ... ◄
► Menu ◄

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 34 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherches
Recherches
 ↑  

(Rev. Zool., afr., 92, n° 1).                                                                   (A paru le 31 mars 1978).

Un inventaire des Poissons du Cap Chipimbi, Lac Tanganyka (Zambie)

PAR PIERRE BRICHARD (Bujumbura, Burundi)

Les côtes du sud du lac Tanganyika sont constituées essentiellement par deux baies, l'une à l'ouest, la baie de Cameron, profonde d'à peu près 35 km, l'autre à l'est, la baie de Hoare, profonde d'une vingtaine de km, séparées par une longue côte de 65 km de long orientée N-O / S-E qui s'étend de la péninsule de l'Isiolo jusqu'à Mpulungu (anciennement appelée Kinyamkolo ou Nyamkole).

La baie de Cameron, largement ouverte vers l'est, se termine à Sumbu, par une plage de trois ou quatre km, en partie bordée de plaques gréseuses, en partie occupée par l'estuaire marécageux de la petite rivière Sumbu.

La côte ouest de la baie est presque entièrement rocheuse, à l'exception de la petite baie de Ndole, dont la rive est sableuse.

La côte est constituée de galets, faisant place par endroits à des plages à billes de lave, et le plus souvent à des entassements d'éboulis de moellons ou de blocs erratiques, provenant des pentes des collines avoisinantes.

L'auteur a consacré une année à explorer une grande partie de la côte en question, en plongée avec scaphandre autonome, et à en prospecter systématiquement une partie d'environ 500 mètres de large, située à 2 km au sud du promontoire de Chipimbi.

En fonction de la variabilité remarquable dans la distribution des espèces le long des rives de la côte ouest, la nécessité d'établir d'abord un inventaire de référence auquel ceux des autres portions de côte pourraient être comparés par après, est apparue très tôt.

Le site de Chipimbi, à cause de sa particulière richesse en espèces et de la densité de la faune, et parce qu'il constituait une des entrées de la baie de Cameron, fut choisi pour l'établissement de cet inventaire.

Il est apparu à l'expérience, que ce choix avait été particulièrement bénéfique, parce que ce cap constitue un exemple parfait du type de côte rocheuse, alternant éboulis constitués d'entassements de rocs erratiques, pentes de sable, champs de moellons et plages de galets. De plus, les profondeurs enregistrées à quelques centaines de mètres au large dépassent 300 mètres, ce qui a permis pour la première fois, croyons-nous, l'observation d'espèces pélagiques, telles les Lates et Luciolates, lorsqu'au cours de leurs migrations elles entrent en contact avec les pentes littorales.

Le nombre de plongées sur ce site a dépassé largement la cinquantaine, et a permis progressivement de compléter l'inventaire des espèces récoltées ou identifiées. Les espèces capturées le furent, soit au filet barrière transparent, posé sur le fond, soit à la Quinaldine, pour les espèces cachées dans le substrat.

L'emploi de ces deux méthodes permet de supposer que sans doute 90 % des espèces fréquentant le site en question furent ainsi identifiées.

Le pourcentage des espèces habitant le site et qui furent identifiées, est certainement encore plus élevé.

Dans la mesure du possible, compte tenu des connaissances actuelles sur l'écologie des espèces du lac Tanganyika, les espèces identifiées ont été classées :

1°     en espèces littorales, semi-pélagiques ou pélagiques;

2°     en espèces pétricoles ou sabulicoles, ou encore ubiquistes en ce qui concerne les espèces littorales;

3°     en cichlidés et non-cichildés.

De plus, la densité des espèces sur le site, est indiquée par un nombre de 1 à 3 fois, en ordre croissant de densité.

X         signifie donc que l'espèce est présente sans être commune;

XX      signifie que l'espèce est commune, sinon abondante;

XXX    signifie que l'espèce est très abondante.

Pour certaines espèces, notamment celles inféodées au substrat, qui n'ont été capturées ou aperçues qu'en de très rares occasions un R marque le caractère tout à fait exceptionnel de ces observations.

A.   CICHLIDES LITTORAUX

1°  Pétricoles

Tropheus sp. (type à double chevron)

XXX

Simochromis babaulti

X

Simochromis curvifrons

XX

Simochromis diagramma

XX

Simochromis sp.

X

Petrochromis fasciolatus

XX

Petrochrornis orthognatus

XX

Petrochromis polyodon

XXX

Petrochromis trewavasae

XX

Petrochromis sp. (naine)

R

Eretmodus sp.

XXX

Neolamprologus compressiceps

XX

Neolamprologus compressiceps var. affinis

XX

Neolamprologus fasciatus

XX

Neolamprologus furcifer

X

Neolamprologus moorei

XXX

Neolamprologus sexfasciatus

XX

Neolamprologus pulcher

XXX

Julidochromis dickfeldi

XXX

Julidochromis sp. nov.

X

Telmatochromis carinus

X

Telmatochromis temporalis

XX

Telmatochromis vittatus

X

Cyathopharynx furcifer

XX

Cyathopharynx sp.

XX

Ophthalmochromis nasutus

XX

Ophthalmochromis heterodontus

XX

Cunningtonia longiventralis

X

Limnochromis leptosoma

X
Limnochromis microlepidotus XX

Limnochromis sp.

X

Cyphotilapia frontosa

XX

Lobochilotes labiatus

XX

Haplochromis pfefferi

X

Plecodus straeleni

XX

Perissodus microlepis

XX

Asprotilapia taeniunis

X
























 

A ces espèces il convient d'ajouter quatre Lamprologus qui constituent des espèces nouvelles non encore identifiées.

2°  Espèces sabulicoles

Xenotilapia sima

XX

Xenotilapia spilopterus

XX

Callochromis macrops macrops

XX

Cardiopharynx schoutedeni

X

3°  Espèces ubiquistes

Limnotilapia dardennei

XX

Neolamprologus callipterus

XX

Neolamprologus elongatus

XX

Neolamprologus lemairei

X

Neolamprologus modestus

XX

Neolamprologus pleurormaculatus

XXX

Neolamprologus staecki

X

Neolamprologus tetracanthus

X

Haplochromis moorei

X

Boulengerochromis microlepis

X

Grammatrotria lemairei

X

Soit au total 56 espèces de cichlides littoraux.

    B.    CICHLIDES PELAGIQUES

Hamibates sp.

XX

Haplotaxodon sp.

XXX

Bathybates ferox

X

Plecodus paradoxus

XXX

Soit 4 espèces de cichlides pélagiques.

   C.   NON-CICHLIDES LITTORAUX

Synodontis multipunctatus

XX
Synodontis eurystornus X
Synodontis petricola XX
Synodontis granulosus XX
Chrysisthys brachynema X
Tanganycallabes mortiauxi X
Lophiobagrus cyclurus XX
Malapterus electricus XX
Mastacembelus frenatus XXX
Mastacembelus moorei XX
Mastacembelus plagiostoma X
Mastacembelus micropectis X
Mastacembelus platysoma X
Mastacembelus tanganicae XX
Mastacembelus albomaculatus R
Soit 15 espèces de non-cichlides littoraux.
   D.    NON-CICHLIDES PELAGIQUES OU SEMI-PELAGIQUES
Lates mariae XX

Lates microlepis

X

Luciolates sp.

X

Varicorhinus tanganicae

XX
Barilius sp. X

Lamprichthys tanganicanus

XXX
Alestes macrophthalmus XX
Alestes rhodopleura XX
Soit au total 8 espèces.

































 


L'ensemble de la population inventoriée permet de faire quelques constatations intéressantes :
1°  La variété des espèces découvertes sur ces quelques 500 mètres de côte est énorme puisqu'elle atteint 83 espèces, alors que les
observations ont été faites, pour l'essentiel, entre la surface et 12 mètres de profondeur.
Il ne fait aucun doute que d'autres espèces auraient pu être découvertes dans les couches plus profondes. Tel quel, cet inventaire relève un tiers des espèces à ce jour répertoriées dans l'ensemble du lac.

2°  Toutefois les explorations n'ont pas révélé la présence de plusieurs espèces littorales pétricoles ou sabulicoles communes dans le nord du lac.
Il s'agit essentiellement des espèces pétricoles ~cifuges, telles Lamprologus schreyeni, leleupi, niger ou de substrat, telles N. brichardi (rempladé par N. pulcher) et de brouteurs de substrat tels Spathodus erythrodon, marlieri, Tanganicodus irsacae, Petrochromis famula.

3°  Par contre, une série d'espèces, tant lucifuges que de substrat, ont été découvertes sur la côte de la baie de Cameron qui n'avaient jamais été trouvées dans le nord du lac, bien que des explorations sous-lacustres intensives y aient été poursuivies pendant cinq ans. Ce sont: Petrochromis trewavasae, les diverses espèces de Neolamprologus non encore identifiées, et surtout L. moorei qui, sur cette côte, constitue l'une des espèces les plus abondantes.
L'une des espèces de Neolamprologus découvertes est grégaire et très abondante, son éthologie s'apparente en partie à celle de N. brichardi et N. pulcher.
4° La répartition des espèces purement pétricoles, en fonction de la position qu'elles occupent par rapport au substrat montre une fois de plus la prépondérance de celles qui vivent à la surface de celui-ci, à découvert, par rapport à celles qui vivent cachées dans les anfractuosités du substrat ou à mi-eau, à une certaine distance de ce dernier.
Les espèces qui vivent ainsi cachées dans le substrat sont essentiellement des Neolamprologus. Il n'est pas tenu compte évidemment dans cette estimation des Neolamprologus ubiquistes, qui constituent un groupe séparé des espèces pétricoles.
5° Dans les 83 espèces répertoriées, 23 sont des non-cichlides et 60 des cichlides.
Parmi les 60 cichlides inventoriés, 41 sont des espèces pétricoles typiques, 4 des espèces sabulicoles et quinze des espèces ubiquistes. Il ne fait pas de doute que d'autres espèces sabulicoles peuvent occasionnellement pénétrer dans les zones rocheuses par les pentes de sable qui prolongent souvent les rives à éboulis, vers les profondeurs.
6° Ce qui est particulièrement remarquable, c'est la pénétration des espèces pélagiques ou semi-pélagiques tels les Lates, les Luciolates et surtout les cichlides dans les eaux vraiment littorales. Au point qu'il n'est pas rare de découvrir un banc de ces poissons à proximité immédiate de la rive, dans un ou deux mètres de profondeur (à l'exception des Lates adultes). La présence maintes fois répétées de bancs de juvéniles de ces espèces, et notamment d'Hemibates, d'Haplotaxodon, de Bathyhates, et surtout de Plecodus paradoxus, semble indiquer que ces espèces migrent vers les côtes pour s'y reproduire.

Une frayère annuelle de Lates rnariae, utilisée en février-mars, au Au fur et à mesure de leur croissance, ces espèces pélagiques
fond de la baie secondaire de Kamba, a d'ailleurs été identifiée.
descendent le Tong des pentes, notamment les Lates, et il semble bien que c'est par les couches littorales profondes qu'elles quittent la côte, comme d'ailleurs elles y étaient entrées.
Il y a un étagement très net, par exemple des jeunes Lates, qui avait déjà été noté à maintes reprises dans le nord du lac, depuis la rive proprement dite, où les juvéniles se dissimulent souvent dans les roseaux, jusqu'à trente ou quarante mètres de profondeur, par ordre de taille et de densité des bancs. Ces derniers croissent avec la profondeur.
Il y a donc là un ordre inverse de ce que l'on voit chez les espèces littorales, dont les essaims de juvéniles ont tendance à se disperser avec l'âge.
Le biotope de Chipimbi, par la variété et la densité des espèces qui l'occupent est particulièrement riche, puisque la population totale qui occupe ces quelques centaines de mètres de côte peut être estimée à sans doute, 100.000 poissons.
Mais il serait faux de croire que cette richesse se répète tout au long de la côte ouest de la baie de Cameron, en de très nombreux endroits. Lorsque l'ensemble des facteurs écologiques n'est pas aussi favorable, la densité et la variété des espèces diminue dans de très fortes proportions et se réduisent à quelques rares espèces, généralement celles qui sont ubiquistes. Une côte rocheuse est donc constituée d'une succession d'habitats richement peuplés et de zones quasi désertes, provoquant le long de la côte une modification progressive dans la composition des populations.


Catégorie : ► Menu ◄ - F. O. B.
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !